20 février, 2010

Déclaration universelle des devoirs humains

Classé dans : Non classé — republic @ 15:45

                   Pour assurer les droits humains…

Je propose cette « déclaration » pour permettre aux citoyens de tous les pays, de comprendre ce qui a été fait et ce qui aurait dû être fait au niveau national et au niveau international depuis un siècle, notamment depuis la première promulgation des textes qui devaient normaliser les relations entre les humains mais en vain…Ma profonde conviction est que nous évoluons dans un Monde à l’envers qu’il faut impérativement redresser par la volonté des peuples et par la sagesse de tous ceux qui répugnent à l’hypocrisie ! Il faut commencer par réformer les Institutions internationales en les dotant par les textes législatifs adéquats à même de convaincre avant de contraindre par la force de la loi. « La déclaration universelle des droits de l’homme » est périmée, contraire à la science et à l’entendement ; elle empêche le réel développement humain. J’ai pris l’initiative de remplacer les 30 articles de la « déclaration de 1948 » parlant uniquement de « droits des citoyens » par 30 nouveaux  articles préconisant cette fois les « devoirs des responsables politiques». N’y voyez pas un jeu de mots ou une légère nuance mais plutôt une différence fondamentale dans la compréhension et par suite dans la réalité des comportements humains. 


Veuillez donc prendre connaissance des raisons qui invalident l’ancienne « déclaration » et les corrections nécessaires pour chacun des articles qui conduisent à la nouvelle déclaration : Les humains doivent comparer les deux textes et décider honnêtement et de manière responsable ce qu’il y’a lieu de projeter vers l’avenir. 

 
 

———————— 

Préambule

I/Constat du moment

Devant l’échec flagrant des institutions nationales de tous les pays à assurer au moins un minimum de droits aux individus et aux peuples ; devant l’inertie et l’attitude irresponsable des organisations dites « internationales » désignées ou élues mais toutes copieusement payées pour remplir la mission de médiateur ou d’arbitre afin d’aplanir les difficultés auxquelles sont confrontées les sociétés malgré l’incommensurable richesse et malgré l’incroyable développement scientifique et technologique en ce début du XXI é siècle ; il est nécessaire mais surtout recommandé de dénoncer honnêtement les causes réelles qui ont produit l’Etat injuste de ce Monde qu’il faut impérativement réformer en lui appliquant la meilleure Législation : Les droits humains sont spoliés non pas à cause des criminels, des corrompus, des corrupteurs, des malfaiteurs, des voleurs et de tous les irréductibles que la nature humaine a produit, mais uniquement à cause du laxisme, de la complaisance, de l’esprit irresponsable et bien souvent de la complicité des dirigeants dictateurs séculaires ou régulièrement élus par les ignorants ! Pour que naisse la vraie démocratie, celle qui garantit l’abondance des droits sociaux parce qu’elle exige du responsable et du gestionnaire l’accomplissement du devoir politique, il est plus qu’urgent de promulguer une Législation adéquate et à la hauteur des aspirations humaines :  «  La Déclaration universelle des devoirs humains». 


II/ Verdict

01) Je déclare donc que la cause principale de l’échec humain est d’abord l’incompréhension générale entretenue à dessein par la mauvaise volonté des gouvernants malhonnêtes ainsi que la complaisance criminelle des intellectuels et le remède ne peut être qu’une réforme fondamentale des Institutions internationales qu’il faut doter désormais par des textes législatifs adéquats et à la hauteur des aspirations humaines légitimes ;

02) Je propose ensuite l’annulation simple et définitive de la « Déclaration universelle des droits de l’homme », cette philosophie oiseuse et contraire à l’esprit démocratique, cette source principale de l’égarement et surtout cette cause de tous les conflits et de toutes les tensions entre les individus, entre les pays et entre les Continents !

03) Je préconise enfin la substitution immédiate de l’idéologie des  « droits de l’homme » par la sagesse des « devoirs de l’homme » sous entendu qu’ils sont étendus à la femme assurément non égale mais naturellement complémentaire à l’homme !

04) Ainsi « La Déclaration universelle des Devoirs » contraint l’homme et la femme qui prétendent à une quelconque responsabilité sociale quelque soit le niveau de la hiérarchie, à respecter par eux-mêmes les lois sociales et les oblige durant l’exercice de leurs fonctions à faire respecter les lois ce qui doit être l’essentiel de leur mission !
 

 

 III/L’esprit de la Loi

01) Tout individu connaît ses droits car ils sont naturels ;

02) Tout individu doit connaître ses devoirs car ils sont codifiés par la morale humaine, par la législation et quand c’est nécessaire, rappelés par le système judiciaire ;

03) La justice citoyenne est tout simplement la recherche du meilleur rapport, au sein de la société, de ces droits à ces devoirs ;

04) La justice sociale plus complexe qui doit être le premier souci de la Nation et de son Etat, ne consiste pas à amener le citoyen à quémander ses droits qui existent mais à décréter les devoirs des gouvernants et à assurer leur équitable accomplissement afin de limiter les abus, prévenir et éviter les conflits et les guerres inutiles.

05) Pour garantir la liberté individuelle et aspirer à l’harmonie collective, il faut bannir le leurre démocratique, respecter les lois et faire respecter les lois en comprenant bien que la « dignité due à la hiérarchie sociale » est fondamentalement différente de la « dignité humaine ».

06) Nul n’est innocent s’il ne combat le Mal qui va de la complaisance envers le fautif jusqu’à l’acte délictueux !  


 IV/ L’organisation et l’évolution sociales

07) La démocratie est l’obéissance aux lois sociales et non aux hommes politiques, il importe que les responsables de tous les pays, à quelque niveau que ce soit dans la hiérarchie sociale et administrative doivent eux-mêmes donner l’exemple d’un comportement honnête et irréprochable.

08) La Nation n’est pas une simple coagulation des individus ni la coalition de nations n’est la meilleure coopération et puisque les échecs du passé se reproduisent aujourd’hui, il est souhaitable de rétablir les principes de l’organisation sociale qui ont permis de façonner le monde au prix que nous connaissons sachant pertinemment que de gros écarts vers une trop libre initiative des uns et des autres seraient synonyme d’anarchie universelle.

09) L’intelligence collective, la vraie intelligence n’est pas l’intelligence primaire qui préconise l’anéantissement de son prochain, enfermée qu’elle est dans l’étroite théorie de domination, ni celle tout aussi bête d’accumulation des fortunes et des richesses au détriment de la multitude. Les responsables et les gestionnaires des affaires publiques de tous les pays doivent s’appliquer eux-mêmes au respect des principes d’équité en encourageant la meilleure éducation des individus afin de développer l’esprit de solidarité et d’entraide sociale tant au niveau national que partout dans le monde.

10) La volonté générale d’un Peuple opprimé qui veut se libérer, se heurte souvent à des opportunistes contre-révolutionnaires qui font asseoir le despotisme et rétablissent le droit aux privilèges par la pratique de la terreur, du terrorisme et de la guerre ce qui engendre toujours l’amoncellement de cadavres dont l’humanité ne doit en vérité s’autoriser un quelconque sentiment de gloire. Les scientifiques, les intellectuels, les personnes les plus aptes et les plus sages doivent mettre en commun leurs efforts afin de mener au mieux les réformes les plus utiles dans un climat politique serein.  

11) L’Universalité n’est pas la mondialisation du seul esprit mercantile, les responsables de tous les pays doivent avoir constamment à l’esprit le souci d’améliorer les relations internationales par l’interaction culturelle et par la coopération économique la plus équitable.

12) La Science aujourd’hui n’étant plus au service de l’humanité et la technologie gaspille librement les énergies dans des entreprises inutiles et souvent nuisibles, les hommes de sciences ainsi que les promoteurs des technologies doivent nécessairement dépasser la volonté des hommes politiques, pour que les bienfaits qui découlent de la connaissance et de ses applications servent le plus grand nombre, en développant et en encadrant notamment des projets rationnels à la place des utopies.

13) La richesse du patrimoine mondial est l’interaction des différentes cultures et non l’hégémonie d’une seule culture ou d’une certaine culture, aucun pays quelque soit son niveau de développement et quelque soient ses moyens scientifiques et technologiques ne doit cultiver l’esprit de domination.

14) La pratique de la corruption par des individus hors la loi ainsi que l’évolution sociale encouragée vers l’apathie collective par des politiciens incompétents, l’hypocrisie et le refus de voir la Vérité, l’égoïsme qui annihile la conscience, sont autant de fléaux qui ont conduit à l’égarement des Nations. Il est d’une extrême urgence et d’une nécessité absolue d’opérer un changement des habitudes et des comportements afin d’ancrer l’esprit responsable d’abord dans toutes les administrations qui ensuite l’étendront à l’ensemble du peuple par l’éducation et par la force de la loi.

15) Le fruit des souffrances du passé endurées par toutes les Nations à différentes époques ne fait aujourd’hui que le bonheur des milliardaires au sein de la médiocrité populaire grandissante ce qui met en évidence un néo-féodalisme qui fonctionne en réseau planétaire et draine les hommes et les capitaux vers les économies pirates laissant ainsi apparaître un flagrant porte-à-faux des Etats et des Gouvernements étouffés par la mondialisation bâtarde. Il est plus qu’urgent de redéfinir les formes et le fonctionnement des Institutions internationales qui doivent désormais avoir plus de poids et plus de prérogatives que les Etats et les Gouvernements afin d’assurer une gestion rationnelle des richesses et pour une meilleure régulation de l’économie planétaire.

16) Le Monde d’aujourd’hui est un ensemble de tirelires résonant au son d’une Entreprise Internationale de Désinformation et prises dans la boucle infernale de la surproduction qui engendre la surconsommation et le gaspillage, ce qui ruine les richesses de la Planète sans rien laisser pour l’avenir hormis le danger nucléaire et la pollution chimique. Il est extrêmement urgent de prendre toutes les dispositions légales pour freiner l’engouement au gain facile et l’émulation à l’accumulation illégale des richesses et des capitaux par la plus faible minorité au détriment des peuples.

17) Cette entreprise de désinformation face à des Vérités éclatantes, cette boulimie face à cette famine, opposant l’égoïsme à l’envie, l’espoir au désespoir, génèrent et entretiennent le terrorisme de l’argent et la violence sous toutes ses formes. Il est urgent de rétrécir les extrêmes afin d’harmoniser au mieux la situation mondiale et de prévenir puis freiner la généralisation de la violence. 

18) Le Monde d’aujourd’hui n’est qu’une totale contradiction quant aux espoirs légitimes de l’Humanité, il est extrêmement urgent de redéfinir l’orientation des politiques et des objectifs afin d’apaiser les inquiétudes légitimes des individus et des peuple.

————————

La Déclaration

Article 01 : Comme les humains ne naissent jamais réellement libres et égaux ni en dignité ni en droits ceci à cause du patrimoine génétique de chacun et des origines diverses et que l’inégalité sociale refuse encore l’égalité devant les lois … Les responsables de tous les pays doivent garantir tous les droits des citoyens qui auront accompli tous leurs devoirs envers la société.

Article 02 :
Aucune déclaration ne peut avoir un caractère exhaustif quant à la définition de tous les devoirs et de tous les droits, il s’agit donc de nommer les plus fondamentaux sans avoir de ce fait à préciser l’origine ou la condition sociale des individus tous appartenant à la famille humaine et tous espérant atteindre le même idéal de liberté et de bonheur.

Article 03 :
La vie étant un don de la Nature à l’Homme, les responsables de tous les pays doivent permettre l’épanouissement des individus dans un espace de sécurité et de liberté en encourageant par l’éducation un comportement individuel compatible avec l’harmonie collective et en usant utilement et impartialement de la force de la loi.

Article 04 :
Le passé obscur ne pouvant être complètement effacé dans les consciences et dans les faits, l’humanité d’aujourd’hui garde encore les tares et est sujette aux réminiscences qui se traduisent par la volonté d’exploitation des humains par les autres humains ; les responsables de tous les pays doivent alors mettre en place tous les moyens pour contrecarrer les tentatives illégales qui visent à l’esclavage ou à la servitude quelque soit le but, la manière ou la méthode employés par les hors la loi.

Article 05 :
Personne, ni aucune administration ne doivent soumettre un individu à la torture ou à des peines cruelles ou humainement dégradantes auquel cas elles doivent impérativement répondre de leur forfait devant la justice.

Article 06 : Gouvernants et gouvernés sont égaux devant l’application des lois ; les premiers ont encore le devoir de faire respecter les lois sociales pour mieux prévenir les fautes des seconds.

Article 07 :
Tous n’étant pas à priori égaux devant la loi, eu égard au fonctionnement complexe de la société qui ne peut déceler à temps et réprimer tous les abus quelque soit leur nature, les responsables de tous les pays doivent néanmoins encourager par leur comportement et par l’éducation des citoyens le total respect des lois dans le but d’améliorer constamment les relations humaines.

Article 08 :
Toute personne se sentant lésée, maltraitée, agressée ou menacée par un individu, un groupe d’individus ou une administration peut se présenter directement devant la justice et porter plainte.

Article 09 : Personne, ni aucune administration ne doivent arbitrairement arrêter ou enfermer un individu sans au préalable justifier légalement leur décision, auquel cas elles doivent impérativement répondre de leur forfait devant la justice.

Article 10 :
Les instances de justice nécessairement indépendantes de toutes les autres administrations doivent rendre les verdicts les plus honnêtes, les plus justes et les plus impartiaux quelque soit le rang ou la condition sociale des antagonistes.

Article 11 : Aucun responsable, aucune administration ne peut mettre en cause l’innocence d’un individu ou d’un groupe d’individus en s’appuyant sur des suppositions, seule la justice dans sa procédure légale et au cours d’un procès équitable, peut prononcer la culpabilité qui inflige la peine légalement requise.

Article 12 :
Les responsables de tous les pays doivent veiller constamment à ce que la loi réprime les immixtions arbitraires, les ingérences et les atteintes morales ou physiques à la personne, à sa famille et à ses biens.

Article 13 :
Aucun responsable, aucune administration ne doit contrôler le mouvement ni ne doit restreindre l’espace individuel ou décider le confinement des personnes, temporairement ou durablement, sans nécessité absolue conforme aux lois sociales et à l’intérêt général.

Article 14 :
Devant l’intimidation, la persécution ou la menace venant d’une personne ou d’une administration locale ou nationale, tout citoyen a le droit à la protection de la justice et à la réparation.

Article 15 :
La nationalité n’est pas chose politique, étant acquise à la naissance et faisant partie de la définition même de l’individu considéré au sein de la famille humaine, elle est donc inaliénable ; cette appartenance originelle doit être assumée pleinement par l’accomplissement des devoirs envers la société ce qui permet tous les droits qui accordent la pleine citoyenneté. Seuls les individus n’ayant aucune charge sociale dans leur pays d’origine ou décidant d’abandonner toutes les responsabilités et tous les privilèges qui s’y rapportent peuvent changer leur nationalité d’origine contre celle de leur choix, l’accord du pays d’accueil étant la seule condition.

Article 16 :
Le mariage entre un homme et une femme est l’acte naturel et fondamental qui fonde la famille au sein d’une société, il importe de l’éloigner et de le protéger de tout autre comportement illicite ou contre-nature qu’il faut corriger par la loi ou soigner par la science.

Article 17 : La propriété privée et la propriété publique doivent être inviolables, toutes deux étant utiles et indispensables dans la vie de chaque jour et pour le développement de la personne, de la famille et de la société ; les représentants de tous les pays ont le devoir impérieux de protéger par la loi et par la force de la loi les biens particuliers légitimes ainsi que les bien publics quelque soit leur nature tout en encourageant leur enrichissement légal.

Article 18 :
L’homme ne peut commander le flux ou la nature de sa pensée, il doit néanmoins mettre toute l’énergie de sa conscience au contrôle de son geste pour ne pas incommoder ses voisins immédiats et la société en général.

Article 19 : Le processus de la pensée humaine étant par essence libre, l’opinion émise ou l’expression projetée ne doivent pas viser autrui dans sa personne ou dans ses biens, la retenue et la morale humaine doivent prévaloir en tout temps et en tout lieu.

Article 20 :
Pour promouvoir la richesse culturelle et permettre les relations les plus diverses entre les personnes dont les conditions de base seraient seulement l’affinité et le consentement mutuel, les responsables de tous les pays ne peuvent réprimer la liberté de réunion et d’association pour peu que les lois sociales soient respectées par tous.

Article 21 :
Prendre part à la gestion directe des affaires publiques étant une ambition personnelle et non une nécessité vitale pour les individus, chacun est libre d’emprunter les voix légales pour se placer selon ses compétences dans la hiérarchie administrative de son pays ; les responsables de tous les pays du monde ont le devoir d’éliminer les obstacles et les entraves illégales à l’ascension des nouvelles compétences.

Article 22 :
En plus du travail rémunéré et en plus des rentes et revenus légalement perçus, les travailleurs tous secteurs confondus ont le droit à une aide permanente et régulière versée par l’institution publique pour une meilleure protection sociale. 

 

Article 23 : Le travail utile est la meilleure occupation de l’homme. Qu’il soit choisi ou imposé par les circonstances particulières, notamment pour promouvoir l’intérêt général, le travail doit être justement rémunéré par l’employeur selon l’effort fourni et selon la qualité exigée. 

Article 24 : Le travail étant la meilleure occupation dans la vie, le repos et les loisirs sont autant de nécessités pour le bien être et pour l’épanouissement de la personne ; les responsables de tous les pays ont pour devoir d’assurer le partage équitable des richesses fruit du travail collectif en créant et en diversifiant les activités pour l’ensemble des individus actifs tout en prenant en charge les handicapés, les malades et les plus démunis conformément à l’esprit de la solidarité nationale mais surtout humaine.

Article 25 :
L’Homme travaille. Le but du travail honnête consiste à améliorer la condition humaine en produisant les moyens nécessaires au maintient d’une bonne santé en particulier et pour le développement du bien être en général. Les responsables de tous les pays doivent constamment élever la notion du travail, respecter la valeur du travail, rémunérer à sa juste valeur le travail accompli tout en prenant en charge par les moyens les plus adéquats les personnes ne pouvant réellement subvenir à leur besoins pour des motifs nombreux. La maternité et l’enfance sont d’abord les devoirs premiers de la famille avant d’être aussi la préoccupation et le plein soutien des responsables de tous les pays en octroyant conseil, aide et assistance pour une meilleure prise en charge car c’est là l’origine de toutes les sociétés.

Article 26 :
L’école, deuxième lieu de l’éducation après la famille, doit dispenser obligatoirement et gratuitement un enseignement élémentaire et fondamental qui privilégie en plus des connaissances scientifiques, le respect des lois, les principes de solidarité et des valeurs humaines qui favorisent la compréhension et la vie en commun.

Article 27 :
La Culture est par définition le ciment de la Société et des Sociétés, les responsables de tous les pays doivent constamment promouvoir la vie en commun et la coopération internationale afin que l’ensemble du peuple et l’ensemble des peuples participent et jouissent du développement culturel, scientifique et technique qui appartient en vérité à l’ensemble de l’Humanité.

Article 28 :
Tous les responsables de toutes les Institutions nationales et internationales ont le devoir d’assurer un ordre social juste et harmonieux tel que les droits et les libertés individuelles et collectives soient vécues sans contraintes et sans appréhension.

Article 29 :
L’individu a des devoirs envers la seule communauté qui lui permet le libre et plein développement de sa personnalité.
L’ordre public, une société sereine, un bien être collectif, une harmonie collective ne sont possibles que lorsque l’individu, les responsables politiques et l’ensemble du peuple respectent les lois sociales établies, la réelle démocratie ne peut être qu’une nécessaire et même application de la justice pour tous avant de permettre ensuite la pleine jouissance des droits et des libertés pour tous !
Les Organisations internationales sont tenues d’assurer le strict respect des lois sociales dans tous les pays du Monde, ce qui est leur but principal, le motif de leur rémunération et le principe même de leur existence.

Article 30 :
Parce que la destruction des droits humains et des libertés individuelles et collectives a toujours accompagné le développement humain pour mieux conforter les privilèges illégitimes et permettre les despotismes qui ont produit un Monde injuste, aucun individu, aucun groupement d’individus, aucun Etat, aucune Institution internationale n’a le droit de s’opposer à la naissance de la Vraie démocratie et sa réelle application au sein de toutes les sociétés. 
Que le débat le plus large et le plus constructif soit engagé autour de cette « Déclaration  »

Mohammed MADJOUR.

Laisser un commentaire

qulcirque |
La foire BIO du "Bout du Mo... |
memoiresdinconnu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sanaurel
| Rencontrer sur meetic
| jevoushaimetous